Appel aux écrivain·e·s de la Montérégie jusqu’au 16 mai 2021

 

Les Productions Langues pendues offrent une résidence de création aux Îles de la Madeleine

Longueuil

Mardi 16 mars 2021

 


Appel aux écrivain·e·s montérégien·ne·s

Résidence de création aux Îles de la Madeleine
Durée : 2 semaines à l’automne 2021
Date de tombée pour poser sa candidature : 16 mai 2021


Contexte

Productions Langues pendues est un organisme œuvrant principalement en littérature et en arts de la parole tout en encourageant les échanges avec d’autres disciplines artistiques.

Actives en Montérégie et s’efforçant de stimuler la création artistique professionnelle sur leur territoire, les Productions Langues pendues embrassent leur situation géographique ambiguë. Évoluant en banlieue, elles se jouent de la forte attraction qu’exerce la métropole en raccoutrant ce que la majorité des lèvres n’ose pas appeler région. C’est une position.

L’organisme met au monde des projets autour de l’idée de rencontre

— entre différents arts;
— entre citoyen·ne·s et artistes professionnel·le·s;
— entre les créateur·trice·s et leur territoire;
— entre artistes à différentes étapes de leur carrière;
— entre diverses pratiques littéraires.

Aujourd’hui, les Productions Langues pendues souhaitent poursuivre leurs réflexions territoriales en dressant un pont entre deux régions éloignées l’une de l’autre. C’est ainsi qu’elles ont le bonheur d’offrir pour une deuxième année une résidence de création aux Îles de la Madeleine destinée à un·e écrivain·e montérégien·ne qui sera accueilli·e là-bas pour deux semaines à la fin septembre/début octobre 2021 (dates flexibles selon les disponibilités du candidat, de l’hébergement et du transporteur, pourraient être reportées si la pandémie l’exige).

Critères d’admissibilité

  • Être un écrivain·e professionnel·le

c’est-à-dire : « avoir publié dans un contexte reconnu par ses pairs et dans un genre littéraire admissible à une bourse du Conseil, soit une œuvre de fiction[1] ou un essai portant sur les arts ou les lettres. Les publications sur support électronique qui ont fait l’objet d’un processus de sélection, d’édition et de diffusion reconnu par les pairs sont admissibles. La pratique du compte d’auteur ou de ses formes apparentées ainsi que l’autoédition ne sont pas reconnues. Le contexte reconnu par les pairs exclut le milieu de la recherche universitaire et de l’édition scolaire. » Source : Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ).

  • Être domicilié·e en Montérégie
  • Détenir un permis de conduire valide[2]
  • Être disponible 2 semaines à la fin septembre/début octobre 2021[3]

Conditions offertes

  • Logement aux Îles pour une période de 14 jours
  • Vol aller-retour offert à partir de l’aéroport de Saint-Hubert[4]
  • Cachet de 1000 $
  • Indemnité quotidienne de 30 $/jour
  • Location de voiture sur place
  • Un·e écrivain·e des Îles offrira une tournée du milieu culturel local

Mandat

  • Mener un projet de création durant son séjour
  • Produire un bilan au retour
  • Possibilité de partager son expérience lors d’une autre activité des Productions Langues pendues en octobre 2021 (à discuter)

Contenu du dossier

  • Preuve de résidence en Montérégie: numérisation de votre permis de conduire
  • Curriculum Vitae (PDF maximum 3 pages)
  • Texte de démarche (PDF 250 à 500 mots)
  • Intention de projet (PDF 500 à 1000 mots)

Sous-questions :
Décrivez votre projet et expliquez comment il s’insère dans votre démarche.
Présentez les éléments distinctifs de votre sujet ou de votre approche littéraire.
À quel stade se situe votre projet d’écriture, comment a-t-il évolué jusqu’ici et quel objectif vous fixez-vous dans le cadre de cette résidence?

  • Extraits de textes publiés ou d’un projet en cours (PDF regroupant 1 à 3 textes pour un total de 25 pages maximum)

Extrait(s) de livre(s), de manuscrit(s) ou de recueil(s) de textes. Inscrire les références bibliographiques ou le contexte de création en début de document.

Procédure d’envoi

  • Tous les documents doivent être envoyés par courriel aux Productions Langues pendues en un seul envoi n’excédant pas 10 Mo à productions@languespendues.com
  • SVP, inscrire dans l’objet : Candidature Résidence aux Îles
  • Date de tombée : 16 mai 2021

 

Suivez-nous sur Facebook ou abonnez-vous à notre infolettre

afin de connaître nos prochains appels à candidatures.

 

[1] « La littérature de fiction englobe le roman, la poésie, la nouvelle, le conte, le récit,  la littérature jeunesse et les œuvres littéraires hypermédiatiques. » Source : CALQ.

[2] Savoir conduire est nécessaire pour le déplacement une fois aux Îles. Une voiture de location sera fournie.

[3] Les dates sont flexibles, mais l’écrivain·e doit être ouvert·e à s’adapter aux journées d’arrivée et de départ qui devront se conjuguer aux possibilités de vol offertes par notre commanditaire.

[4] Déplacement jusqu’à l’aéroport à la charge du·de la participant·e.

 

 


 

 

 

Mon chalet aux Îles

 

 

Publication dans la revue Les écrits numéro 159

 

Les écrits • numéro 159 • automne 2020

 

Longueuil

Mardi 2 mars 2021

 

Dans son numéro 159, la revue littéraire Les écrits de l’Académie des lettres du Québec fait paraître le dossier de la troisième édition de notre Laboratoire de l’écrivain. France Mongeau, co-conceptrice du projet, a accompagné les écrivain·es dans l’année suivant ce laboratoire (2019) Ce dossier, dont les textes ont été assemblés par France Mongeau, se présente comme un prolongement du Laboratoire organisé par les Productions Langues pendues depuis 2017. L’événement devant public, visant à offrir une journée de réflexion et de lectures sur le métier d’écrire, souhaite aussi comprendre (saisir et contenir) les différents moments de la création, à partir de l’idée première jusqu’au résultat publié.

Ainsi, vous y découvrirez les textes de :

France Mongeau
L’architecture et ses pluriels

Jonathan Charette
La colonie sous le soleil

David Clerson
L’ours des fondations

Fanie Demeule
Sous-sol

Gilles Jobidon
Voilà

Catherine Pierloz — conteuse
Miroir ô m (extrait)

Valérie Carreau — également co-cenceptrice du projet
Le squelette de l’hydrangée

 

Points de vente

Autres textes du numéro

© page couverture : Marion Wagschal.

 


Le Laboratoire de l’écrivain est une conception de France Mongeau, écrivaine et professeure de littérature, ainsi que Valérie Carreau, écrivaine, avec le soutien de Marie-Claude De Souza, fondatrice et directrice des Productions Langues pendues.


Merci à nos partenaires 2019



Merci au Conseil des arts et des lettres du Québec pour son soutien à notre programmation 2020

Report du Laboratoire de l’écrivain 2020

Report du Laboratoire de l’écrivain 2020

Longueuil

30 septembre 2020

Les récentes annonces de la Santé publique ont un impact majeur sur le milieu de la culture.

Afin de respecter les nouvelles règles sanitaires, nous sommes malheureusement dans l’obligation de reporter notre évènement Le Laboratoire de l’écrivain, qui devait se tenir le 24 octobre prochain. Bien sûr, la sécurité des artistes et du public, ainsi que le respect des mesures de distanciation en vigueur nous tiennent à cœur.

Pour le moment, nous envisageons un report possible en mai 2021, toujours en partenariat avec la ville de Longueuil et la Librairie Alire, mais rien d’officiel n’a encore été planifié.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à nous écrire.

 

Nouvelle date confirmée : 22 mai 2021.


Le Laboratoire de l’écrivain est une conception de France Mongeau, écrivaine et professeure de littérature, ainsi que Valérie Carreau, écrivaine, avec le soutien de Marie-Claude De Souza, fondatrice et directrice des Productions Langues pendues.

Laboratoire de l’écrivain 2020

Les Productions Langues pendues présentent le Laboratoire de l’écrivain, 4e édition

Longueuil

Lundi 1er mars 2021

Après plusieurs mois de consultation et de discussions, les Productions Langues pendues sont fin prêtes à annoncer le report du Laboratoire de l’écrivain 2020 au 22 mai 2021. 

La capacité d’inventer, de rêver et de fabuler appartient à chaque être humain et le nourrit profondément. C’est sans doute une des parts les plus fortes et lumineuses de notre humaine condition. Le Laboratoire de l’écrivain des Productions Langues pendues veut mettre en lumière le travail en amont du livre, ce travail qui accompagne l’élaboration d’un monde complexe de langage, qu’il soit poétique, narratif, dramatique ou discursif.

Pour ce faire, les écrivain·es Martine Audet, Olga Duhamel, Caroline Louisseize et Rodney Saint-Éloi questionneront leur démarche par le biais de discussions sur le métier d’écrire, d’écriture in situ et de lectures d’extraits. Le collectif d’artistes La Famille Plouffe sera aussi des invité·es afin d’apporter un regard interdisciplinaire à la discussion.  

L’événement est une occasion de performance, de diffusion et de rencontre avec le public-lecteur qui vivra une expérience concrète d’écriture et de lecture tout en prenant connaissance du travail complexe et esthétique de recherche et de construction propre au métier d’écrire. Le tout sera animé par Shanti Van Dun, professeure de littérature au cégep Édouard-Montpetit.

En raison de la pandémie, l’activité prendra la forme d’une visioconférence qui sera diffusée en direct sur Facebook le 22 mai 2021. Pour plus d’informations, écrivez-nous!

* Des mesures seront prises afin de respecter les consignes de distanciation sociale en vigueur.

Consultez l’événement Facebook ici.

 

Déroulement

– 14h à 16h30 : rencontre d’échanges et de discussions publics, lectures publiques. Les discussions seront diffusées en direct sur Facebook à partir du studio d’enregistrement de la Maison de la culture de Longueuil, édifice Marcel-Robidas, située au 300, rue Saint-Charles Ouest.

 

* * *

 

Cette année, le thème Lire l’autre a été proposé en amont aux écrivain·es et aux artistes afin de nourrir un carnet d’écriture et de réflexion, source première des échanges de la journée.

« Dans son livre Le don des morts, Danièle Sallenave aborde la liberté qu’offre la littérature, par son écriture et par sa lecture. Liberté de s’imaginer autre et de faire voyager l’âme, le corps. Elle affirme notamment que la “littérature est la trace, la marque, le témoin, ou peut-être la révélation, que, par-delà l’exigence d’émancipation et d’arrachement, il y a en nous une exigence d’accueil.” Ainsi serions-nous habités par une soif de comprendre, de connaître et de ressentir que nous tentons parfois d’étancher par la lecture. Nous consentons à recevoir du dehors, nous exigeons que le monde entre en nous.

Lire est une action complexe qui permet cet accueil. Sa racine étymologique nous rappelle que lire est un acte qui permet de rassembler, de cueillir, de choisir. Entrer dans l’intelligence du monde en l’analysant grâce au langage avec notre sensibilité, notre part d’imaginaire, notre capacité de jugement et, bien sûr, notre langue. Lire quelques soucis sur le front de l’être aimé, lire les anfractuosités de la falaise avant d’y grimper, lire la poésie de Pizarnik et les réflexions de Toni Morrison. S’engager dans le recueillement. »

C’est sur ce sujet que nous avons lancé les créateurs participant à ce quatrième Laboratoire afin de mettre en mots et en images les pluriels qu’il inspire.


 

Le Laboratoire de l’écrivain est une conception de France Mongeau, écrivaine et professeure de littérature, ainsi que Valérie Carreau, écrivaine, avec le soutien de Marie-Claude De Souza, fondatrice et directrice des Productions Langues pendues.


 

Merci à nos partenaires

 

Dévoilement de l’écrivain en résidence aux Îles de la Madeleine 2020

 

Yannick Renaud, premier lauréat de la résidence de création aux Îles de la Madeleine
offerte par les Productions Langues pendues

 

Longueuil

Lundi 10 août 2020

Les Productions Langues pendues lancent officiellement leur résidence de création aux Îles de la Madeleine. Lauréat de cette première édition, l’écrivain Yannick Renaud séjournera à Havre-Aubert, du 13 au 27 septembre 2020, où il poursuivra la création de son plus récent projet d’écriture, inspiré de la réalité insulaire.

Productions Langues pendues est un organisme œuvrant principalement en littérature et en art de la parole tout en encourageant les échanges entre toutes les disciplines artistiques. Actives en Montérégie, elles ont pour mission de stimuler la vie artistique professionnelle sur leur territoire, en dépit de sa proximité avec la métropole, offrant aux écrivain.e.s et artistes des occasions de produire, de créer et de diffuser leurs œuvres chez eux. Aujourd’hui, les Productions Langues pendues souhaitent poursuivre leurs réflexions territoriales en dressant un pont entre deux régions éloignées l’une de l’autre, soit la Montérégie et les Îles de la Madeleine. C’est ainsi qu’elles ont le bonheur d’offrir, pour deux semaines, à l’écrivain montérégien Yannick Renaud, un lieu inspirant pour écrire, ainsi qu’une chance de tisser des liens avec d’autres créateurs des Îles de la Madeleine, contribuant du même coup à l’essor du dynamisme culturel en dehors des grands centres.


Crédit photo : Julie Noël.

Né en 1978 à Beauport, le poète Yannick Renaud vit à Otteburn Park en Montérégie. Directeur général de la revue Estuaire, il a publié Éclairer le ciel, exposer la lumière (2014), La disparition des idées (2006) et Taxidermie (2005) aux éditions Les Herbes rouges. Ses deux premiers livres ont été traduits et réunis sous le titre All Is Flesh, chez Talonbooks (2012). Influencé par les autres arts, Yannick Renaud en fait souvent ses thématiques d’écriture, tout en se penchant, dans son travail, sur les relations interpersonnelles et le rapport au temps. Au cours de sa résidence, il compte poursuivre la réflexion sur la réalité insulaire qu’il a entreprise lors de sa participation, en 2007, au Festival Internacional de la poesía de la Habana, à Cuba.

L’organisme tient à remercier le Conseil des arts et des lettres du Québec et Pascan Aviation sans qui cette résidence de création n’aurait pas lieu.

 

 


 

 

 

Mon chalet aux Îles

 

Appel aux écrivain·e·s montérégien·ne·s jusqu’au 15 février 2020

Appel 2021

jusqu’au 16 mai, détails ici

 

Les Productions Langues pendues lancent une résidence de création aux Îles de la Madeleine

Longueuil

Samedi 11 janvier 2020


Appel aux écrivain·e·s montérégien·ne·s

Résidence de création aux Îles de la Madeleine
Durée : 2 semaines en mai 2020
Date de tombée pour poser sa candidature : 15 février 2020


 

Contexte

Productions Langues pendues est un organisme œuvrant principalement en littérature et en arts de la parole tout en encourageant les échanges avec d’autres disciplines artistiques.

Actives en Montérégie et s’efforçant de stimuler la création artistique professionnelle sur leur territoire, les Productions Langues pendues embrassent leur situation géographique ambiguë. Évoluant en banlieue, elles se jouent de la forte attraction qu’exerce la métropole en raccoutrant ce que la majorité des lèvres n’ose pas appeler région. C’est une position.

L’organisme met au monde des projets autour de l’idée de rencontre

— entre différents arts;
— entre citoyen·ne·s et artistes professionnel·le·s;
— entre les créateur·trice·s et leur territoire;
— entre artistes à différentes étapes de leur carrière;
— entre diverses pratiques littéraires.

Aujourd’hui, les Productions Langues pendues souhaitent poursuivre leurs réflexions territoriales en dressant un pont entre deux régions éloignées l’une de l’autre. C’est ainsi qu’elles ont le bonheur de lancer leur première résidence de création aux Îles de la Madeleine destinée à un·e écrivain·e montérégien·ne qui sera accueilli·e là-bas pour deux semaines au mois de mai 2020.

Critères d’admissibilité

  • Être un écrivain·e professionnel·le

c’est-à-dire : « avoir publié dans un contexte reconnu par ses pairs et dans un genre littéraire admissible à une bourse du Conseil, soit une œuvre de fiction[1] ou un essai portant sur les arts ou les lettres. Les publications sur support électronique qui ont fait l’objet d’un processus de sélection, d’édition et de diffusion reconnu par les pairs sont admissibles. La pratique du compte d’auteur ou de ses formes apparentées ainsi que l’autoédition ne sont pas reconnues. Le contexte reconnu par les pairs exclut le milieu de la recherche universitaire et de l’édition scolaire. » Source : Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ).

  • Être domicilié·e en Montérégie
  • Détenir un permis de conduire valide[2]
  • Être disponible 2 semaines au cours du mois de mai 2020[3]

Conditions offertes

  • Logement aux Îles pour une période de 14 jours
  • Vol aller-retour offert à partir de l’aéroport de Saint-Hubert[4]
  • Cachet de 1000 $
  • Indemnité quotidienne de 30 $/jour
  • Location de voiture sur place
  • Un·e écrivain·e des Îles offrira une tournée du milieu culturel local

Mandat

  • Mener un projet de création durant son séjour
  • Produire un bilan au retour
  • Possibilité de partager l’expérience en octobre 2020 à discuter

Contenu du dossier

  • Preuve de résidence en Montérégie: numérisation de votre permis de conduire
  • Curriculum Vitae (PDF maximum 3 pages)
  • Texte de démarche (PDF 250 à 500 mots)
  • Intention de projet (PDF 500 à 1000 mots)

Sous-questions :

Décrivez votre projet et expliquez comment il s’insère dans votre démarche.
Présentez les éléments distinctifs de votre sujet ou de votre approche littéraire.
À quel stade se situe votre projet d’écriture, comment a-t-il évolué jusqu’ici et quel objectif vous fixez-vous dans le cadre de cette résidence?

  • Extraits de textes publiés ou d’un projet en cours (PDF regroupant 1 à 3 textes pour un total de 25 pages maximum)

Extrait(s) de livre(s), de manuscrit(s) ou de recueil(s) de textes. Inscrire les références bibliographiques ou le contexte de création en début de document.

Procédure d’envoi

  • Tous les documents doivent être envoyés par courriel aux Productions Langues pendues en un seul envoi n’excédant pas 10 Mo à productions@languespendues.com
  • SVP, inscrire dans l’objet : Candidature Résidence aux Îles
  • Date de tombée : 15 février 2020

 

 

Suivez-nous sur Facebook ou abonnez-vous à notre infolettre

afin de connaître nos prochains appels à candidatures.

 

 

[1] « La littérature de fiction englobe le roman, la poésie, la nouvelle, le conte, le récit,  la littérature jeunesse et les œuvres littéraires hypermédiatiques. » Source : CALQ.

[2] Savoir conduire est nécessaire pour le déplacement une fois aux Îles. Une voiture de location sera fournie.

[3] Les dates sont flexibles, mais l’écrivain·e doit être ouvert·e à s’adapter aux journées d’arrivée et de départ qui devront se conjuguer aux possibilités de vol offertes par notre commanditaire.

[4] Déplacement jusqu’à l’aéroport à la charge du·de la participant·e.

 


 

 

 

Mon chalet aux Îles

 

 

Laboratoire de l’écrivain 2019

Les Productions Langues pendues présentent le Laboratoire de l’écrivain, 3e édition

Longueuil

Samedi 26 octobre 2019

La capacité d’inventer, de rêver et de fabuler appartient à chaque être humain et le nourrit profondément. C’est sans doute une des parts les plus fortes et lumineuses de notre humaine condition. Le Laboratoire de l’écrivain des Productions Langues pendues veut mettre en lumière le travail en amont du livre, ce travail qui accompagne l’élaboration d’un monde complexe de langage, qu’il soit poétique, narratif, dramatique ou discursif.

Pour ce faire, les écrivain·es Jonathan Charette, David Clerson, Fanie Demeule et Gilles Jobidon questionneront leur démarche par le biais de discussions sur le métier d’écrire, d’écriture in situ et de lectures d’extraits. L’artiste et chercheure Isabelle Choinière sera aussi des invité·es afin d’apporter un regard transdisciplinaire à la discussion.  Cette année, une nouveauté, un partenariat avec le Festival interculturel du conte de Montréal nous permettra de recevoir notre première participante internationale, soit la conteuse belge Catherine Pierloz.

L’événement, qui se déroulera dans le Vieux-Longueuil, est une occasion de performance, de diffusion et de rencontre avec le public-lecteur qui vivra une expérience concrète d’écriture et de lecture tout en prenant connaissance du travail complexe et esthétique de recherche et de construction propre au métier d’écrire. Le tout sera animé par Shanti Van Dun, professeure de littérature au cégep Édouard-Montpetit.

Activité gratuite!

Déroulement

– 10h00 à 12h30 : rencontre d’échanges et de discussions publics à la salle Albert-Beaudry, Maison de la culture de Longueuil, édifice Marcel-Robidas, située au 300, rue Saint-Charles Ouest.

– 12h30 à 14h30 : temps de création réservé aux écrivain·es pour de l’écriture in situ dans trois restaurants du Vieux-Longueuil.

Un comptoir de prêt de livres

Durant la pause repas, le public sera également libre de casser la croûte dans l’un ou l’autre des restaurants participants – L’Gros Luxe et la Piazzetta –, où il pourra, en même temps, feuilleter les œuvres des écrivain·es invité·es et des essais littéraires. Les livres, qui pourront être empruntés à la Maison de la culture, seront gracieusement prêtés par le Réseau des bibliothèques publiques de Longueuil. Ces livres pourront être retournés sur place le jour même ou dans l’une des bibliothèques de Longueuil.

– 15h00 à 17h00 : retour sur les créations et lecture publique d’extraits à la librairie Alire, Place Longueuil (entrée porte P-6, rue Joliette), 17-825, rue St-Laurent Ouest.

Les personnes intéressées peuvent assister à un seul volet ou aux deux volets ouverts au public.

Consulter l’événement Facebook.

* * *

Cette année, le thème Architectures a été proposé en amont aux écrivain·es et aux artistes afin de nourrir un carnet d’écriture et de réflexion, source première des échanges de la journée.

« Le poète catalan Antoni Clapés propose, dans son beau recueil intitulé L’architecture de la lumière, d’ “habiter le seuil même de la parole / là où la lumière / est invisible où tout devient visible.” Ses poèmes nous proposent de considérer la parole et la langue comme un espace à habiter, à construire, à reconnaître, à appréhender à partir de son seuil. À la fois maison première où nous nous sommes construits et maison nouvelle à inventer.

La notion d’architecture nous intéresse pour son potentiel de sens et ses ramifications diverses, concrètes et abstraites  […] : l’architecture des volumes et des formes, mais l’architecture des émotions et des sensations, par exemple; l’architecture souterraine où la nature prépare ses irruptions, mais l’architecture du récit et ses dérives; l’architecture de nos parcours singuliers comme humain fabriqué de tensions et de poids divers. Les notions de construction et d’équilibre apparaissent; celles de l’esthétique et des questions de la cité aussi. »

C’est sur ce sujet que nous avons lancé les créateurs participant à ce troisième Laboratoire afin de mettre en mots et en images les pluriels qu’il inspire.


Le Laboratoire de l’écrivain est une conception de France Mongeau, écrivaine et professeure de littérature, ainsi que Valérie Carreau, écrivaine, avec le soutien de Marie-Claude De Souza, fondatrice et directrice des Productions Langues pendues.


Merci à nos partenaires



Tisser des liens

Journées de la culture 

 

Longueuil

Dimanche 29 septembre 2019

Sur invitation du Réseau des bibliothèques publiques de Longueuil,  les Productions Langues pendues investiront la bibliothèque Raymond-Lévesque durant les Journées de la culture.

L’écrivaine Catherine Côté et l’artiste multidisciplinaire Élise Robichaud-Guilbault proposeront aux passants de collaborer à l’oeuvre Tisser des liens, une création textile sculpturale réalisée à l’aide de fils et de tissus recyclés. Le public sera convié à partager des récits portant sur le voyage ou la migration qui seront intégrés en temps réel au tissage de l’œuvre. Une rencontre entre les mots, les paroles, le textile, le fait-main et l’expérience personnelle liée au dépaysement.

Cette oeuvre a pour considération non seulement l’espace, mais aussi le temps puisqu’ Élise R. Guilbault s’est intéressée à une variante de la méthode ancestrale de tissage du tapis qu’elle aimerait partager avec les passants. Visant une réappropriation de ces gestes et une transmission orale de ce savoir-faire, Tisser des liens symbolisera un rapiéçage d’espaces-temps.

 

Quand ? Dimanche 29 septembre 2019 de 14 h à 16 h.

Où ? Bibliothèque Raymond-Lévesque, située au 7025, boulevard Cousineau, Saint-Hubert.

Activité gratuite et sans inscription.

 

© photo : Élise Robichaud-Guilbault.

 

Afin d’en savoir davantage sur la technique traditionnelle du tapis tressé, l’artiste suggère le visionnement de :
Mémoire vivante de la capitale : Coup d’oeil sur le tapis tressé (7 min. 36 sec.)
Production ès TRAD – le centre de valorisation du patrimoine vivant.
Artisane : Jocelyne Forget.
Réalisation : Kathleen Pouliot.
Images et montage : Hugues Bernatchez.
Musique : Talencourt.

Traverser Ru

 

Un projet autour de l’œuvre de Kim Thúy, soulignant le 10e anniversaire de la publication du livre Ru

 

Longueuil

Dimanche 7 juillet 2019

Les Productions Langues pendues proposent une activité dans le cadre des célébrations organisées par la ville de Longueuil afin de souligner le 10e anniversaire de la sortie du roman Ru de Kim Thúy. Pour l’occasion, l’organisme mettra à la disposition du public des casques d’écoute diffusant des lettres lues à voix haute. Rédigées par des immigrants et destinées à leurs proches, ces missives sont issues d’ateliers d’écriture menés par les écrivaines Valérie Carreau et Catherine Côté qui seront sur place pour discuter avec le public. De plus, deux performances inédites seront présentées par les artistes Vida Simon (14 h 30) et Francis O’Shaughnessy (15 h 30) qui se sont inspirés de ces pistes sonores pour créer.

Quand ? Dimanche 7 juillet 2019 entre 12 h et 16 h.

Où ? Parc St. Mark, Vieux-Longueuil.

Billetterie ? Entrée libre. Pique-nique familial en plein air.

 

Détails sur l’ensemble de la programmation :

« Fête de Ru : le dimanche 7 juillet, c’est un rendez-vous au parc St. Mark pour un grand pique-nique festif afin de célébrer le 10e anniversaire de la sortie du roman Ru de Kim Thúy qui sera présente pour rencontrer les amateurs de littérature. Artistes, organismes et musiciens, tels que l’auteur David Goudreault, le quatuor Caroline Planté, le collectif 16, les Langues pendues et À voix haute se relayeront pour donner vie aux mots de Ru. Une collaboration avec l’organisme Métiers et Traditions et Espace St-Charles. Pour souligner le 10e anniversaire de son premier roman, Kim Thúy tiendra également une rencontre secrète et intime destinée aux Longueuillois. Les détails de ce concours seront dévoilés sur la page Facebook Longueuil est culture. » Source : Programmation culturelle estivale de la ville de Longueuil.

 

Visitez la page dédiée au projet

 

Images : à droite © Vida Simon, A Very Slow Blue, performance dans une ancienne église, Ile Tatihou, France, 2018. Photo : Jack Stanley. À gauche, © Francis O’Shaughnessy, Le dessert, 2014. Photo : Thanh Nguyen Quoc.