Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain 2022

Les Productions Langues pendues présentent le Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain, 6e édition

Longueuil

Samedi 29 octobre 2022

La capacité d’inventer, de rêver et de fabuler appartient à chaque être humain et le nourrit profondément. C’est sans doute une des parts les plus fortes et lumineuses de notre humaine condition. Le Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain des Productions Langues pendues veut mettre en lumière le travail en amont du livre, ce travail qui accompagne l’élaboration d’un monde complexe de langage, qu’il soit poétique, narratif, dramatique ou discursif.

Pour ce faire, les écrivain·e·s Michael Delisle, Gérald Gaudet, Sébastien Hamel et Diane Régimbald questionneront leur démarche par le biais de discussions sur le métier d’écrire et de lectures d’extraits de leur carnet. L’artiste Annie Conceicao-Rivet (arts visuels) sera aussi des invité·e·s afin d’apporter un regard transdisciplinaire à la discussion. 

L’événement, qui se déroulera dans le Vieux-Longueuil, est une occasion de performance, de diffusion et de rencontre avec le public-lecteur qui vivra une expérience concrète d’écriture et de lecture tout en prenant connaissance du travail complexe et esthétique de recherche et de construction propre au métier d’écrire. Le tout sera animé par Shanti Van Dun, professeure de littérature au Cégep Édouard-Montpetit.

Activité gratuite! L’inscription en ligne est toutefois obligatoire pour satisfaire aux exigences liées à la pandémie. Des mesures seront prises afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur.

Déroulement

– 10h00 à 12h30 : rencontre d’échanges et de discussions publics à la salle Albert-Beaudry, Maison de la culture de Longueuil, édifice Marcel-Robidas, située au 300, rue Saint-Charles Ouest.

– Durant la pause repas : comptoir de prêt de livres

Le public sera également libre de casser la croûte dans l’un ou l’autre des restaurants de la rue Saint-Charles, où il pourra, en même temps, feuilleter les œuvres des écrivain·e·s invité·e·s et des essais littéraires. Les livres, qui pourront être empruntés à la Maison de la culture, seront gracieusement prêtés par le Réseau des bibliothèques publiques de Longueuil. Ces livres pourront être retournés sur place le jour même ou dans l’une des bibliothèques de Longueuil dans le mois suivant l’événement.

– 15h00 à 17h00 : retour sur les créations et lecture publique d’extraits, à La librairie Alire —Nouvel emplacement : 335 rue Saint-Charles Ouest au coin de Saint-Jean face au parc St-Mark—

Les personnes intéressées peuvent assister à un seul volet ou aux deux volets ouverts au public.

Consulter l’événement Facebook. (Lien à venir)

* * *

Cette année, le thème La vulnérabilité des territoires a été proposé en amont aux écrivain·e·s et aux artistes afin de nourrir un carnet d’écriture et de réflexion, source première des échanges de la journée. Elles·Ils ont été invité·e·s à explorer le potentiel de ce thème et à traverser le sujet en passant du territoire aux vulnérabilités et de la vulnérabilité aux territoires. Les territoires de l’intime et du collectif. Ceux du corps, de l’esprit. Les territoires urbains, ceux des campagnes ou des natures sauvages. Les territoires solitaires, solidaires. Ceux de la fiction. Ceux du réel. Les vulnérabilités qui nous brisent, celles qui nous font résister. Mais aussi celles qui nous ouvrent, celles qui nous rendent perméables et malléables, qui nous rendent vivants, tantôt fragiles, tantôt puissants. La vulnérabilité de tout ce qui naît… Les territoires et la vulnérabilité de l’écriture.

Pour cette 6e édition, la philosophe et auteure Ingrid Mourtialon synthétisera ses observations à la lecture des carnets préparés par les invité·e·s en vue de notre samedi littéraire et offrira son propre éclairage sur le thème de la journée, celui-ci étant lié à ses intérêts et à sa pratique.


Le Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain est une conception de France Mongeau, écrivaine et professeure de littérature, ainsi que Valérie Carreau, écrivaine, avec le soutien de Marie-Claude De Souza, fondatrice et directrice des Productions Langues pendues.


 

Merci à nos partenaires

 

Appel à propositions : interventions poétiques recherchées

Les Productions Langues pendues cherchent des propositions d’interventions poétiques

Longueuil

Lundi 7 février 2022

 


Appel destiné aux poètes, écrivain·e·s, perfomeur·euse·s littéraires, conteur·euse·s ou artistes interdisciplinaires œuvrant avec les mots (ci-dessous abrégés à « artistes » afin d’alléger le texte)

Visée du projet : déployer à Longueuil une série d’interventions poétiques dans des espaces ouverts au public.

Provenance des candidatures : de toutes les régions du Québec.

Nombre de candidatures retenues : trois.

Réalisation du ou des projet(s) : entre juillet 2022 et décembre 2023

  • trois interventions artistiques seront réalisées par chaque artiste durant cette période;
  • accompagnement par notre équipe et séances d’idéation virtuelles prévues entre les interventions.

Date de tombée pour poser sa candidature : le samedi 2 avril 2022.

Cet appel est ouvert à toutes et tous. L’inclusion et la diversité sont des valeurs inhérentes à la mission des Productions Langues pendues.


 

Contexte

Productions Langues pendues est un organisme œuvrant principalement en littérature et en arts de la parole tout en encourageant les échanges avec d’autres pratiques sociales et artistiques. Sa mission s’articule autour de l’étymologie du mot texte, texere, tisser : texte & tissu social.

Nous lançons un tout nouveau projet intitulé Interventions poétiques, réalisé en partenariat avec le réseau des bibliothèques publiques de Longueuil et des organismes communautaires. Ce réseau comprend des bibliothécaires déjà en relation avec le milieu, menant de nombreux projets de médiation culturelle et d’alphabétisation.

 

Pistes de création recherchées

Trois artistes seront sélectionnés suivant l’appel à propositions. Après quoi, ils·elles seront invité·e·s à travailler collectivement autour de leur(s) projet(s), avec un réseau de collaborateurs constitué des autres invité·e·s sélectionné·e·s, de représentant·e·s de notre organisme et de bibliothécaires bien qu’ils·elles demeureront les maîtres d’œuvre de leur(s) propre(s) projet(s).

 

Nous entendons par « intervention poétique » : la création ou la diffusion d’œuvres ou d’extraits littéraires (inédits ou non) par le moyen de performances, d’installations, de manœuvres, de travail in situ ou in socius, etc., réalisés dans l’espace public ou en interaction avec des citoyen·e·s. Ces œuvres nous plongent dans le monde des mots, l’oralité, la littérature, le livre ou l’édition et entretiennent un rapport poétique avec leur environnement.

L’objectif est de déployer une série de neuf interventions poétiques (trois par invité·e) dans différents espaces ouverts au public ou communautaires. Ces trois interventions par invité·e pourront se suffire en elles-mêmes ou se cumuler sous forme d’œuvre évolutive et processuelle. Lors de l’appel à propositions, les candidat·e·s sont appelé·e·s à soumettre des pistes de travail qui pourront être bonifiées au fil des discussions avec le réseau de collaboration mis en place. Une approche solidaire, ouverte et flexible est nécessaire dans ce type de travail afin de permettre une plus grande cohésion, voire une multiplication de strates de sens, entre les intentions de l’artiste et la réalité terrain.

 

Nos « écrivain·e·s et artistes maison » à votre service

Chaque artiste sélectionné·e aura non seulement un budget de production (matériaux, droits de diffusion), mais également un budget en ressources humaines. Nous avons réuni une équipe « d’écrivain·e·s et d’artistes maison », des créateurs·trices aux pratiques interdisciplinaires et relationnelles/contextuelles. Ces derniers·ères pourront être sollicité·e·s pour apporter leur appui aux projets sélectionnés, en présence ou virtuellement.

 

Par exemple,

— soutien à la confection d’une installation (pour qui serait moins manuel);
— participation à des actions performatives (pour avoir un effet de nombre);
— révision;
— conseils;
— etc.

 

Afin de vous inspirer et de vous ouvrir à l’éventail des possibilités, nous vous présentons en bas de page quelques interventions poétiques, réalisées par Langues pendues ou par nos écrivain·e·s et artistes maison au sein de leur parcours respectif.

 

Conditions offertes

  • 2250 $ en cachet et droits de diffusion
  • 1500 $ en frais de production et en ressources humaines (matériaux, droits de diffusion, soutien de nos écrivain·e·s et artistes maison, etc.)
  • Frais de déplacement et de séjour pour les artistes de régions plus éloignées
  • Soutien à la documentation photographique
  • Accompagnement par notre équipe et séances d’idéation virtuelles prévues entre les interventions

 

Critères d’admissibilité

  • Être écrivain·e[2] ou artiste professionnel·le[3]
  • Être domicilié·e au Québec

N.B. Il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience en intervention poétique. Nous avons justement réuni un réseau de soutien pour permettre à des artistes d’explorer de nouvelles avenues.

 

Contenu du dossier et procédure d’envoi

Pour poser sa candidature,

    • Texte de démarche (250 à 500 mots)
    • Pistes de travail (500 à 1000 mots)
  • joindre
    • Curriculum Vitae (PDF maximum 3 pages)
    • Portfolio
      • Littérature : extraits de textes publiés ou d’un projet en cours (PDF regroupant 1 à 3 textes pour un total de 25 pages maximum)
      • Arts visuels et arts de la scène :
        • documentation photo (jpg) ou vidéo (lien web)
        • avec liste descriptive
        • un maximum de 10 images ou de 3 vidéo cumulant 10 min. d’écoute (vos documents accessibles en ligne doivent être disponibles jusqu’en juin 2022).

[1] Si vous comptez travailler à partir de textes dont vous n’êtes pas l’auteur·e, nous nous attendons à ce que vous prévoyiez un budget pour les droits de diffusion à verser à partir du budget de production qui vous sera alloué et que vous réalisiez les démarches pour obtenir les autorisations requises.

[2] C’est-à-dire : « avoir publié dans un contexte reconnu par ses pairs et dans un genre littéraire admissible à une bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), soit une œuvre de fiction* ou un essai portant sur les arts ou les lettres. Les publications sur support électronique qui ont fait l’objet d’un processus de sélection, d’édition et de diffusion reconnu par les pairs sont admissibles. La pratique du compte d’auteur ou de ses formes apparentées ainsi que l’autoédition ne sont pas reconnues. Le contexte reconnu par les pairs exclut le milieu de la recherche universitaire et de l’édition scolaire. »

* « La littérature de fiction englobe le roman, la poésie, la nouvelle, le conte, le récit, la littérature jeunesse et les œuvres littéraires hypermédiatiques. » Source : CALQ.

[3] C’est-à-dire : « répondre à l’un ou l’autre des critères suivants :

— avoir participé à au moins une production en dehors de sa formation, dans un contexte reconnu par ses pairs.

— avoir produit et diffusé au moins une œuvre publiquement dans des lieux ou dans un contexte reconnus par les pairs et en dehors de sa formation. » Source : CALQ.

 

 

 

Suivez-nous sur Facebook ou
abonnez-vous à notre infolettre

afin de connaître nos prochains appels à candidatures.

 

Renseignements : productions@languespendues.com 

 


 

 

 


 

Exemples d’interventions poétiques

 

© Charles Sagalane, 2016.

Cutexte : animation réalisée lors de l’écriture de 73armoire aux costumes,
qui a mené à l’écriture de la section « Expérience du vêtir », éd. La Peuplade, 2016.

Photo : Charles Sagalane.

 

© Charles Sagalane, 2013 à aujourd’hui.

Bibliothèque de survie : L’une des bibliothèques de survie des îles de Saint-Gédéon, sur le lac Saint-Jean,
qui ont été entretenues pendant huit ans pour créer le récit Journal d’un bibliothécaire de survie, éd. La Peuplade, 2021.

Photo : Charles Sagalane.

 

 

© Estela López Solís, 2014.

Susurrante 1 

Les œuvres de la série Susurrantes sont issues d’un processus performatif et relationnel. Par la lenteur répétitive du geste de broder, Estela López Solís se penche sur les pensées noires et les secrets des autres, recueillis lors de diverses échanges et conversations, et elle les embrasse comme s’ils étaient les siens.

Broderie faite à la main en coton, sur taie d’oreiller usagée en coton et oreiller; réalisée à partir de phrases recueillies.
Approx. 52 cm x 67 cm x 18 cm.

Photo : Estela López Solís.

 


© Estela López Solís, 2020.

Vue de l’oeuvre Les bonheurs, réalisée dans le cadre de l’événement Rivières de lumières du Théâtre des Petites Lanternes, à Sherbrooke, Québec.

L’œuvre Les bonheurs était en même temps une installation et une performance réalisées dans un local au centre-ville de Sherbrooke, évoquant la chaleureuse lueur d’une lanterne à l’échelle d’un espace architectural. Cette œuvre est issue d’un processus relationnel développé avec des membres de L’Association péruvienne de l’Estrie (APE); elle déploie des fragments de phrases portant leurs mémoires, émotions et réflexions autour de la notion de bonheur.

Installation/performance issue d’un processus relationnel.
Durée de chaque performance: 3 h.
25 et 26 septembre 2020.

Photo : Patrick Beaulieu.

 

© Jonathan Lamy, 2020.

D’où venons-nous ? (2 min 30 s), vidéopoème.

 

© Jonathan Lamy, 2018.

Poésie sonore / sculpture humaine, Festival acadien de poésie, Caraquet, 4 août 2018.
Plusieurs spectateurs touchent une partie du corps du lecteur.

« L’intimité que je privilégie dans l’écriture se transpose ainsi dans la lecture publique. Mon approche de la poésie-performance cherche à toucher doublement (par le texte et par la présence physique), à faire vivre une expérience de proximité, où les mains ne se posent pas sur le papier, mais sur des corps. »

Photo : Jérôme-Luc Paulin.

 

© La Famille Plouffe, 2020.

Filent dessus, filent dessous (vue partielle), exposition solo éponyme, Musée POP,
pour la Biennale nationale de sculpture contemporaine, Trois-Rivières.

Crédit photo : Jean-Michael Seminaro. Incluant des œuvres d’Hélène Desputeaux,
de la collection du Musée POP et de la collection de l’Atelier le fil d’Ariane.

Processus de collecte de témoignages oraux,
pièce audio : zipertatou en collaboration avec La Famille Plouffe.

 


© La Famille Plouffe, 2017.

À gauche, Si je puis oultre! Le garocharium (détail dégradé),
projet d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement pour l’école primaire Marcelle-Gauvreau de Brossard.

À droite, documentation associée à Les « derniers agriculteurs » de Brossard, entrevue menée dans le cadre de la conception de ce projet, 2016.

 

© Marie-Claude De Souza, 2015.

Oserez-vous lire ce poème à un inconnu dans la bibliothèque ?
Bibliothèque Raymond-Lévesque, Semaine des bibliothèques publiques du Québec.

Performance : poèmes inédits sur le thème des rapports sociaux distribués en silence aux usagers de la bibliothèque, observation de leurs réactions et documentation de celles-ci dans un carnet. (Dérivé de la performance : Oserez-vous lire ce poème à un inconnu dans le bus ?, dans le cadre des Journées de la culture et en collaboration avec la CITVR, 2011).

 


© Marie-Claude De Souza, 2015.

Stéthoscope, réalisé dans le cadre d’une résidence de création offerte par le Conseil des arts de Longueuil
au marché public de Longueuil.

Cabinet de lecture : écriture quotidienne, lecture de poèmes inédits aux passant·es et enregistrement de leurs battements de cœur pour diffusion en simultané sur cabinet de basse amplifié, captation de discussions et d’échanges sur l’expérience.
Vidéo synthèse du projet : https://www.facebook.com/watch/?v=10153782102592152.

 


Conception : équipe de Langues pendues.

Avec la participation de Catherine Côté, écrivaine, et les illustrations de Mathieu Larone et Geneviève Gendron.
Une vie sur toile d’histoires, 2017.

Illustration en direct et histoires participatives à la bibliothèque Raymond-Lévesque, Longueuil.
Dans le cadre de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

 

 

Conception : équipe de Langues pendues.
Avec la participation de : Valérie Carreau et Stéphanie Roussel, écrivaines.
Poèmes : sélection La poésie partout, Journée du poème à porter, 2021.

Lecture et distribution de poèmes aux usagers d’une friperie et intervention furtive (insérer des poèmes dans les vêtements), documentation vidéo (extrait, durée 1 min 23 s).

Appel aux écrivain·e·s de la Montérégie jusqu’au 2 avril 2022

 

Les Productions Langues pendues offrent une résidence de création aux Îles de la Madeleine

Longueuil

Lundi 7 février 2022

 


Appel aux écrivain·e·s montérégien·ne·s

Résidence de création aux Îles de la Madeleine
Durée : 2 semaines au printemps ou à l’automne 2022
Date de tombée pour poser sa candidature : samedi 2 avril 2022


Contexte

Productions Langues pendues est un organisme œuvrant principalement en littérature et en arts de la parole tout en encourageant les échanges avec d’autres disciplines artistiques.

Actives en Montérégie et s’efforçant de stimuler la création artistique professionnelle sur leur territoire, les Productions Langues pendues embrassent leur situation géographique ambiguë. Évoluant en banlieue, elles se jouent de la forte attraction qu’exerce la métropole en raccoutrant ce que la majorité des lèvres n’ose pas appeler région. C’est une position.

L’organisme met au monde des projets autour de l’idée de rencontre

— entre différents arts;
— entre citoyen·ne·s et artistes professionnel·le·s;
— entre les créateur·trice·s et leur territoire;
— entre artistes à différentes étapes de leur carrière;
— entre diverses pratiques littéraires.

Aujourd’hui, les Productions Langues pendues souhaitent poursuivre leurs réflexions territoriales en dressant un pont entre deux régions éloignées l’une de l’autre. C’est ainsi qu’elles ont le bonheur d’offrir pour une troisième année une résidence de création aux Îles de la Madeleine destinée à un·e écrivain·e montérégien·ne qui sera accueilli·e là-bas pour deux semaines à la fin mai/début juin ou à la fin septembre/début octobre 2022 (dates flexibles selon les disponibilités du candidat, de l’hébergement et du transporteur, pourraient être reportées si la pandémie l’exige).

Critères d’admissibilité

  • Être un·e écrivain·e professionnel·le

c’est-à-dire : « avoir publié dans un contexte reconnu par ses pairs et dans un genre littéraire admissible à une bourse du Conseil, soit une œuvre de fiction[1] ou un essai portant sur les arts ou les lettres. Les publications sur support électronique qui ont fait l’objet d’un processus de sélection, d’édition et de diffusion reconnu par les pairs sont admissibles. La pratique du compte d’auteur ou de ses formes apparentées ainsi que l’autoédition ne sont pas reconnues. Le contexte reconnu par les pairs exclut le milieu de la recherche universitaire et de l’édition scolaire. » Source : Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ).

  • Être domicilié·e en Montérégie (nous acceptons encore les candidatures des MRC Brome-Missisquois et La Haute-Yamaska comme année de transition)
  • Détenir un permis de conduire valide[2]
  • Être disponible 2 semaines à la fin mai/début juin ou à la fin septembre/début octobre 2022[3]

Conditions offertes

  • Logement aux Îles pour une période de 14 jours
  • Vol aller-retour offert à partir de l’aéroport de Saint-Hubert[4]
  • Cachet de 1000 $
  • Indemnité quotidienne de 30 $/jour
  • Location de voiture sur place (assurances aux frais de l’artiste)
  • Un·e écrivain·e des Îles offrira une tournée du milieu culturel local

Mandat

  • Mener un projet de création durant son séjour
  • Produire un bilan au retour

Contenu du dossier

  • Preuve de résidence en Montérégie: numérisation de votre permis de conduire
  • Curriculum Vitae (PDF maximum 3 pages)
  • Texte de démarche (250 à 500 mots)
  • Intention de projet (500 à 1000 mots)

Sous-questions :
Décrivez votre projet et expliquez comment il s’insère dans votre démarche.
Présentez les éléments distinctifs de votre sujet ou de votre approche littéraire.
À quel stade se situe votre projet d’écriture, comment a-t-il évolué jusqu’ici et quel objectif vous fixez-vous dans le cadre de cette résidence?

  • Extraits de textes publiés ou d’un projet en cours (PDF regroupant 1 à 3 textes pour un total de 25 pages maximum)

Extrait(s) de livre(s), de manuscrit(s) ou de recueil(s) de textes. Inscrire les références bibliographiques ou le contexte de création en début de document.

Procédure d’envoi

 

Suivez-nous sur Facebook ou abonnez-vous à notre infolettre

afin de connaître nos prochains appels à candidatures.

 

[1] « La littérature de fiction englobe le roman, la poésie, la nouvelle, le conte, le récit,  la littérature jeunesse et les œuvres littéraires hypermédiatiques. » Source : CALQ.

[2] Savoir conduire est nécessaire pour le déplacement une fois aux Îles. Une voiture de location sera fournie.

[3] Les dates sont flexibles, mais l’écrivain·e doit être ouvert·e à s’adapter aux journées d’arrivée et de départ qui devront se conjuguer aux possibilités de vol offertes par notre commanditaire.

[4] Déplacement jusqu’à l’aéroport à la charge du·de la participant·e.

 

 


 

 

 

Mon chalet aux Îles

 

 

Traverser Ru – l’exposition

Les Productions Langues pendues présentent l’exposition communautaire Traverser Ru 

Longueuil

Vendredi 5 novembre 2021

 

Suivant des ateliers d’écriture avec le centre de francisation Camille-Laurin autour de l’œuvre Ru de Kim Thúy, les Productions Langues pendues vous invitent à plonger dans l’univers sonore et visuel de lettres rédigées par des immigrants à leurs proches.

Du 5 novembre 2021 au 9 janvier 2022 à la bibliothèque de Greenfield Park.

Maman, avant, je trouvais difficile d’être d’accord quand tu me disais que tu étais l’hiver et que moi j’étais ton printemps. Maintenant que je connais bien l’hiver au Québec, je voudrais te dire que, oui, tu es mon hiver, en vous je trouve ma paix. 

–  Ha vu du Viêt Nam

 

Avec la participation

des écrivaines
Valérie CarreauCatherine Côté

des artistes de la performance
Vida SimonFrancis O’Shaughnessy

Avec les pistes sonores de
Marie-Claude De Souza

la documentation visuelle de
Christian Bujold

et la mise en exposition par
Élise R-Guilbault

Un pendant virtuel complète l’exposition :
www.languespendues.com/ru.

Bravo aux étudiant·es pour leur courage!
Notre équipe les remercie de nous avoir partagé leurs histoires inspirantes.

  • Eirini de la Grèce
  • Ha Vu du Viêt Nam
  • Maryna d’Ukraine
  • Ning de Chine
  • Tania de la Colombie
  • Wendy du Pérou
  • Fernanda de la Colombie
  • Florentine de Madagascar
  • Ioana de la Roumanie
  • Iris du Salvador
  • Lesley du Panama
  • Lina de la Colombie
  • Carlos du Pérou
  • Edwin de la Colombie

Image en bannière : © Vida Simon, performance (détail), 2019. Photo : Christian Bujold.


Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain 2021

Les Productions Langues pendues présentent le Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain, 5e édition

Longueuil

Samedi 30 octobre 2021

La capacité d’inventer, de rêver et de fabuler appartient à chaque être humain et le nourrit profondément. C’est sans doute une des parts les plus fortes et lumineuses de notre humaine condition. Le Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain des Productions Langues pendues veut mettre en lumière le travail en amont du livre, ce travail qui accompagne l’élaboration d’un monde complexe de langage, qu’il soit poétique, narratif, dramatique ou discursif.

Pour ce faire, les écrivain·es Hugo Beauchemin-Lachapelle, Daria Colonna, Denise Desautels, Michèle Plomer et Hector Ruiz questionneront leur démarche par le biais de discussions sur le métier d’écrire et de lectures d’extraits de leur carnet. L’artiste Alexandre Masino, spécialisé en peinture à l’encaustique, sera aussi des invité·es afin d’apporter un regard transdisciplinaire à la discussion. 

L’événement, qui se déroulera dans le Vieux-Longueuil, est une occasion de performance, de diffusion et de rencontre avec le public-lecteur qui vivra une expérience concrète d’écriture et de lecture tout en prenant connaissance du travail complexe et esthétique de recherche et de construction propre au métier d’écrire. Le tout sera animé par Shanti Van Dun, professeure de littérature au cégep Édouard-Montpetit.

Activité gratuite! L’inscription en ligne est toutefois obligatoire pour satisfaire aux exigences liées à la pandémie. Des mesures seront prises afin de respecter les consignes sanitaires en vigueur.

Déroulement

– 10h00 à 12h30 : rencontre d’échanges et de discussions publics à la salle Albert-Beaudry, Maison de la culture de Longueuil, édifice Marcel-Robidas, située au 300, rue Saint-Charles Ouest.

– Durant la pause repas : un comptoir de prêt de livres

Le public sera également libre de casser la croûte dans l’un ou l’autre des restaurants de la rue Saint-Charles, où il pourra, en même temps, feuilleter les œuvres des écrivain·es invité·es et des essais littéraires. Les livres, qui pourront être empruntés à la Maison de la culture, seront gracieusement prêtés par le Réseau des bibliothèques publiques de Longueuil. Ces livres pourront être retournés sur place le jour même ou dans l’une des bibliothèques de Longueuil dans le mois suivant l’événement.

– 15h00 à 17h00 : retour sur les créations et lecture publique d’extraits, toujours à la Maison de la culture.

Les personnes intéressées peuvent assister à un seul volet ou aux deux volets ouverts au public.

Consulter l’événement Facebook. (Lien à venir)

* * *

Cette année, le thème Les jardins a été proposé en amont aux écrivain·es et aux artistes afin de nourrir un carnet d’écriture et de réflexion, source première des échanges de la journée.

Le jardin, comme l’a décrit le philosophe Gaston Bachelard à propos des images poétiques, est un bel opérateur d’immensité. Qu’il soit concret, métaphorique ou rêvé, le jardin évoque plusieurs univers superposés, où le travail du langage, de l’écriture, des textures, des couleurs et des corps se croisent et s’interpellent. En plein cœur de l’automne, c’est dans une ambiance festive que nous en partagerons les récoltes.

Une nouveauté pour cette 5e édition, l’artiste et directrice artistique Danyèle Alain synthétisera ses observations à la lecture des carnets préparés par les invité·es en vue de notre samedi littéraire et offrira son propre éclairage sur le thème de la journée, celui-ci étant lié à ses intérêts et à sa pratique artistique.


Le Laboratoire de l’écrivaine et de l’écrivain est une conception de France Mongeau, écrivaine et professeure de littérature, ainsi que Valérie Carreau, écrivaine, avec le soutien de Marie-Claude De Souza, fondatrice et directrice des Productions Langues pendues.


 

Merci à nos partenaires

 

Centrifugeuse : nouveau projet 2021-2022

 

Centrifugeuse : nouveau projet visant la décentralisation de la culture

 

Longueuil

Lundi 20 septembre 2021

 

Force centrifuge : « Qui tend à s’éloigner du centre ». En tant que laboratoire de création volontairement positionné en périphérie de la grand-ville, les Productions Langues pendues font naître, depuis près d’une dizaine d’années, des créations inusitées en territoire montérégien. À cette volonté de décentralisation, s’ajoute une seconde mouvance : force est de constater que les investissements culturels sont concentrés le long de certaines artères des différentes villes de l’agglomération de Longueuil alors que le projet Centrifugeuse vise l’occupation artistique de quartiers plus résidentiels tout en réfléchissant aux disparités sociales et aux enjeux collectifs les animant.

Huit artistes en arts visuels, en conte ou en poésie investiront trois quartiers longueuillois d’octobre 2021 à décembre 2022. Elles et ils s’imprégneront d’échanges avec les citoyen·e·s, de l’aménagement du territoire et de l’histoire pour créer des œuvres inédites lors d’une dizaine de journées de recherche et de création au cœur des quartiers ciblés : Sacré-Cœur, Laflèche et Bienville.

Des échanges et des collaborations avec le public sont prévus tout au long de l’année. En fin de parcours, un événement réunissant les artistes participant·e·s et les citoyen·e·s engagé·e·s dans leurs projets rendra compte des différentes réalités territoriales rencontrées ainsi que des œuvres qui en auront découlé. Les Productions Langues pendues revendiquent l’acte d’occupation de « déserts culturels » comme une oeuvre in socius, spécifique à leur situation de banlieue, opérant sur les enjeux locaux en matière de culture.

 

Dévoilement des écrivain·e·s et artistes participant·e·s :

Pour l’ensemble du projet (octobre 2021 à décembre 2022)

Quartier Sacré-Coeur (octobre 2021 à février 2022)

Quartier Laflèche (février à mai 2022)

Quartier Bienville (juin à septembre 2022)

Événement de clôture (novembre ou décembre 2022)

  • Avec toute cette belle équipe

 

Activités ouvertes au public :

  • Quartier Sacré-Coeur
    • mardi 26 octobre 2021 de 13 h 30 à 16 h 30, portes ouvertes sur les projets des artistes au chalet du parc Laurier, situé au 2099, rue Laurier, Longueuil. Activité gratuite (prévoyez un sourire derrière votre couvre-visage!)
    • samedi 29 janvier 2022 de 14 h à 16 h, portes ouvertes virtuelles: après votre inscription en ligne un lien Zoom vous sera acheminé. Dans le cadre de la série trimestrielle « Les artistes et le patrimoine » des journées Histoire et patrimoine de la ville de Longueuil, venez découvrir comment les artistes Ariane Labonté, Chloé Beaulac, Jonathan Lamy et Carole Simard-Laflamme se sont immerger dans l’imaginaire du quartier Sacré-Coeur. Consulter l’événement Facebook.
    • Pour connaître les prochaines activités, inscrivez-vous à notre infolettre des allié·e·s. Ainsi, vous recevrez par courriel des « cartes postales artistiques » permettant de suivre le déploiement du projet sur le terrain et vous serez invité·e·s à nous communiquer vos préoccupations, considérant que Centrifugeuse cherche à favoriser l’émergence d’œuvres artistiques de proximité et la création autour d’enjeux territoriaux (aménagement du territoire, histoire et patrimoine, contexte socio-économique, etc.)

Accéder à la programmation du printemps 2022

 

 

 


 

Merci à nos partenaires 

 

 

 

 

Dévoilement de l’écrivaine en résidence aux Îles de la Madeleine 2021

 

Fanie Demeule, deuxième lauréate de la résidence de création aux Îles de la Madeleine
offerte par les Productions Langues pendues

 

Longueuil

Mercredi 15 septembre 2021

Lauréate de la deuxième édition de la Résidence de création aux Îles de la Madeleine organisée par les Productions Langues penduesFanie Demeule séjournera à Havre-Aubert du 3 au 17 octobre prochain. L’écrivaine profitera de son séjour pour entamer l’écriture d’un nouveau roman inspiré de l’histoire de ses grands-parents maternels nés sur l’archipel au début du siècle dernier, et qui, au plus fort de la crise économique des années 1930, ont fait le choix déchirant de s’exiler sur la grand-terre pour trouver de l’emploi.

Productions Langues pendues
Actives depuis près de 10 ans en Montérégie, les Productions Langues pendues sont un organisme œuvrant principalement en littérature et en art de la parole tout en encourageant les échanges entre toutes les disciplines artistiques. Elles ont pour mission de stimuler la vie artistique et professionnelle sur leur territoire, en dépit de leur proximité avec la métropole, offrant aux écrivain·e·s et artistes des occasions de se produire, de créer et de diffuser leurs œuvres chez eux. Depuis l’an dernier, les Productions Langues pendues souhaitent poursuivre leurs réflexions territoriales en dressant un pont entre deux régions éloignées l’une de l’autre, soit la Montérégie et les Îles de la Madeleine. C’est ainsi qu’elles ont le bonheur d’offrir cette année, pour deux semaines, à l’écrivaine Fanie Demeule, un lieu inspirant pour écrire, ainsi qu’une chance de tisser des liens avec d’autres créateurs des Îles de la Madeleine, contribuant du même coup à l’essor du dynamisme culturel en dehors des grands centres. C’est dans cet esprit que, lors du passage de Fanie Demeule aux Îles de la Madeleine, la population est invitée à venir assister à une rencontre conviviale avec l’autrice lors d’une conversation animée par Flottille artisan·e·s libraires qui aura lieu le 12 octobre à 19 h, à la Maison de la culture de Havre-aux-Maisons.

Crédit photo : Same Ravenelle.

 

Fanie Demeule
Détentrice d’un diplôme de doctorat en études littéraires à l’UQAM, où elle est chargée de cours, Fanie Demeule travaille aussi à titre de responsable éditoriale pour les éditions Tête première et Hamac. En 2016, elle a publié Déterrer les os (Hamac), nominé et lauréat à plusieurs prix, adapté au théâtre (CTDA, 2018), traduit en anglais (Lightness, Linda Leith, 2020) et en cours d’adaptations filmiques (Coop Vidéo et ACPAV). Elle a signé les romans Roux clair naturel (Hamac, 2019) et Mukbang (Tête première, 2021), le récit illustré Bagels (Hamac, 2021) ainsi que plusieurs nouvelles dans des revues et collectifs littéraires.

Jusque-là reconnue pour ses œuvres d’autofiction, Fanie Demeule souhaite, avec son nouveau roman, se décoller de son vécu personnel pour s’intéresser aux matières familiales et historiques qui lui ont été racontées. Pour la première fois, l’écriture de Demeule se situera en dehors du récit de soi, tout en continuant de creuser les mêmes thèmes, chers à l’autrice, soit la mémoire, la santé mentale et la mort. Ce roman sur l’exil qui représente un nouveau défi pour Demeule, se penche sur un pan de l’histoire des Îles de la Madeleine encore peu abordé, ce qui a contribué chez les Productions langues pendues à séduire les membres du jury.

L’organisme tient à remercier le Conseil des arts et des lettres du Québec et Pascan Aviation sans qui cette résidence de création n’aurait pas lieu.

Pour plus de renseignements sur la résidence, consulter l’appel à candidatures.


 

Réserver une place à l’événement

Cette causerie est offerte par la Municipalité des Îles avec le soutien du ministère de la Culture et des Communications.

 


 

 

 

Mon chalet aux Îles