Invitation au lancement officiel de l’organisme

L’expérimentation et la découverte voilà ce que visent les fondatrices de Langues pendues, organisme oeuvrant dans le domaine de la littérature et des arts de la parole et encourageant les croisements entre le monde des lettres et d’autres disciplines artistiques. Le 28 novembre, vous êtes conviés au lancement de l’organisme qui se positionne comme un laboratoire culturel. Pour l’occasion, l’univers des mots côtoiera les arts visuels sous forme de performances inclusives. Langues pendues souhaite offrir aux spectateurs des conditions inédites et intimistes pour découvrir des artistes professionnels de la région.

Quand ? 28 novembre 2013, 17h30 à 19h30. Oeuvres présentées en continu et en simultané.

Où ? Salle La Chapelle (Maison Gisèle Auprix-St-Germain), située au 150, rue Grant, Vieux-Longueuil (coin Saint-Charles O.)

 

Activité présentée grâce au soutien financier du Conseil des Arts de Longueuil.

Crédit image: Élise R.-Guilbault, étude pour l’oeuvre «Poinçons».

Découvrez les artistes qui participeront au lancement

Productions Langues pendues, lancement officiel de l’organisme

Découvrez les artistes qui participeront à l’événement.

Quand ? 28 novembre 2013, 17h30 à 19h30. Oeuvres présentées en continu et en simultané.
Où ? Salle La Chapelle (Maison Gisèle Auprix-St-Germain), située au 150, rue Grant, Vieux-Longueuil (coin Saint-Charles O.)

Voici les artistes ! Ceux-ci ont été sélectionnés à la grandeur de la Montérégie suite à un appel à candidatures. Langues pendues souhaite offrir aux spectateurs des conditions inédites et intimistes pour découvrir des artistes professionnels de la région.

Performances

Élise Robichaud-Guilbault , arts visuels
Evelyne Bouchard , artiste interdisciplinaire
Pierre-Jean Champoux , voix hors champ
Marjolaine Morasse , interprète

Textes

Valérie Carreau , nouvelle
Catherine Côté , poésie
Marie-Claude De Souza , installation poétique

Langues pendues reçoit une subvention du Conseil des Arts de Longueuil.

Langues pendues reçoit une bourse de 5000 $ en provenance du Conseil des Arts de Longueuil dans le cadre du programme d’aide destiné à l’accueil des nouveaux organismes. Au-delà du montant, qui aidera l’OBNL à démarrer ses activités, il s’agit d’une reconnaissance de son professionnalisme bien qu’il en soit à ses débuts. Il faut dire que Langues pendues est né d’un projet pilote, datant de 2012: suite à la production de deux spectacles ayant attiré un public curieux ainsi que des artistes audacieux, l’organisme a vu le jour naturellement. En effet, ces événements ont permis de rassembler un noyau fort de créateurs et d’amoureux des arts pour en assurer la direction.

Le montant octroyé servira principalement à la conception du site web de l’organisme et à la réalisation d’un événement de lancement au cours de l’automne 2013. Par ailleurs, le Conseil des Arts de Longueuil a invité Langues pendues à offrir une prestation dans le cadre des Journées de la Culture 2013. Pour l’occasion, les artistes Stéphanie Verriest, France Mongeau et Marie-Claude De Souza présenteront une création transdisciplinaire intitulée La grand-route.

Plus que des cabarets littéraires, maintenant: un organisme, un laboratoire culturel.

logo langues pendues lettres

En plus de soutenir la croissance des spectacles littéraires qui ont connu du succès en 2012, l’organisme s’est doté d’une mission élargie afin d’offrir des propositions artistiques toujours plus innovantes: « Dans un cadre professionnel, produire, créer, promouvoir ou diffuser des oeuvres, des événements ou des artistes dans le domaine de la littérature et des arts de la parole. Favoriser la recherche et l’innovation dans ces disciplines artistiques, de même que l’échange transdisciplinaire. Développer un public pour ce genre de création en Montérégie tout en stimulant la dynamique culturelle régionale et son rayonnement. »

Dévoilement des artistes Cabaret 2

Chaque semaine, nous vous ferons découvrir deux artistes qui participeront au cabaret du 10 novembre 2012 à 20 h. Suivez nos articles sur Facebook. Pour cette seconde édition, slam, théâtre, poésie, improvisation et performance vous attendent !

Rodney Saint-Éloi

saint-eloi_rodney_photo_high(1)

Poète, écrivain, essayiste, éditeur, né à Cavaillon (Haïti), il est l’auteur d’une quinzaine de livres de poésie, dont Je suis la fille du baobab brûlé (2015, finaliste au prix des Libraires, finaliste au Prix du Gouverneur général), Jacques Roche, je t’écris cette lettre (2013, finaliste au Prix du Gouverneur général)Il dirige plusieurs anthologies. Il a publié Haïti Kenbe la! en 2010 chez Michel Lafon (préface de Yasmina Khadra), Passion Haïti, Québec, Septentrion, 2016; Paris Grandvaux, 2019. Pour la scène, il a réalisé plusieurs spectacles dont Les Bruits du monde, les Cabarets Roumain, Senghor, Césaire, Frankétienne. Il est l’auteur de l’essai Passion Haïti (Septentrion, 2016). Lui a été décerné le prestigieux prix Charles-Biddle en 2012. Il a été reçu en 2015 à l’Académie des lettres du Québec, promu compagnon des arts et des lettres du Conseil des Arts du Canada, en 2019. Il dirige la maison d’édition Mémoire d’encrier qu’il a fondée en 2003 à Montréal. Ses derniers titres Nous ne trahirons pas le poème (Mémoire d’encrier (2019); Quand il fait triste, Bertha chante (Québec Amérique, 2020).

www.memoiredencrier.com

Rodney Saint-Éloi participera au Laboratoire de l’écrivain 2020.

Photo : Sylvain Lewis.

Étienne Maillé

maille_etienne_photo_low

Libraire depuis maintenant trois ans, Étienne étudie également la littérature à l’Université de Montréal. La maîtrise qui approche à grands pas le verra se concentrer sur la littérature québécoise, littérature qu’il recommande toujours allègrement à qui veut bien lui demander des suggestions de lecture. L’écriture romanesque l’enthousiasme particulièrement, qu’elle soit issue de la Révolution tranquille ou de l’extrême contemporanéité. Il participe autant que possible aux causeries, enregistrements de balados, salons et autres activités de la vie littéraire dans lesquelles sa condition d’apprenti libraire – n’exagérons pas son expérience – peut le faire inviter.

Étienne participera à titre de libraire au Laboratoire de l’écrivain 2020.

Olga Duhamel

duhamel_olga_photo_low

Olga Duhamel-Noyer est née en 1970 à Montréal.

Elle a publié quatre romans : Mykonos (2018), Le rang du cosmonaute (2014), Destin (2009), Highwater (2006 ; série « P », 2018), ainsi qu’un essai, Motel Univers. Bienvenue au Québec (2006). Elle est directrice littéraire des éditions Héliotrope. Elle est aussi diplômée de l’École des Beaux-Arts de Montpellier (France) et docteure en littérature comparée (Université de Montréal).

Olga Duhamel a participé au Laboratoire de l’écrivain 2020.

Photo : Valérie Lebrun.

Caroline Louisseize

caroline_louisseize_photo_low

Caroline Louisseize est née en 1979 à Montréal. Ses études l’ont amenée dans les domaines de la littérature, de la documentation et de la linguistique, et elle s’exerce également au piano en amateur. Après avoir travaillé dans diverses bibliothèques du milieu culturel québécois, elle est maintenant réviseuse et rédactrice pigiste. Le rythme et la mélodie, le langage ainsi que la recherche documentaire représentent des aspects primordiaux de sa démarche.

Elle a écrit quatre livres, dont Aura (finaliste au Prix des collégiens) et Répliques, les plus récemment publiés, aux éditions Poètes de Brousse. Elle a fait paraitre des suites poétiques dans les revues Moebius et Estuaire de même que sur la plateforme Opuscules. Elle a participé à la résidence interdisciplinaire « Les bras croisés » à Sutton en 2018, et a remporté le premier prix du concours de poésie Geneviève-Amyot en 2017.

Dans ses écrits, elle explore le thème de la cohabitation, du rapport à l’Autre. Elle traite le langage comme un matériau artistique, mais aussi un artéfact, de violence, de désirs ou de dissimulation, un artéfact dont l’aspect sensoriel induit une grande puissance aux images. Roman couleuvre est à paraitre chez Le Quartanier éditeur.

Caroline Louisseize participera au Laboratoire de l’écrivain 2020.

Photo : David Fortin.