Olga Duhamel

duhamel_olga_photo_low

Olga Duhamel-Noyer est née en 1970 à Montréal.

Elle a publié quatre romans : Mykonos (2018), Le rang du cosmonaute (2014), Destin (2009), Highwater (2006 ; série « P », 2018), ainsi qu’un essai, Motel Univers. Bienvenue au Québec (2006). Elle est directrice littéraire des éditions Héliotrope. Elle est aussi diplômée de l’École des Beaux-Arts de Montpellier (France) et docteure en littérature comparée (Université de Montréal).

Olga Duhamel a participé au Laboratoire de l’écrivain 2020.

Photo : Valérie Lebrun.

Danyèle Alain

alain_danyele_gracieusete_low

À la direction générale et artistique du 3e impérial, centre d’essai en art actuel, Danyèle Alain s’active à développer des résidences de création ancrées dans des contextes humains. Elle soutient une approche fondée sur la collaboration, l’engagement et l’adaptabilité, explorant les zones sensibles, parfois excentriques, voire critiques du territoire social et géographique. Elle a travaillé à l’organisation d’événements, de forums et à l’édition de publications. En tant qu’artiste, sa démarche est basée sur la transformation et l’échange, l’expérimentation de matières vivantes, l’utilisation d’éléments de la nature et la rencontre.

Danyèle Alain participera au Laboratoire de l’écrivain 2021.

 

Daria Colonna

colona_daria_photo_genevieve_grenier_low_res

Daria Colonna est née à Montréal. Elle a cofondé les éditions de la Tournure. Elle détient une maîtrise en recherche et création de l’UQAM. Elle est l’autrice de Nous verrons brûler nos demeures aux éditions de la Tournure. Ne faites pas honte à votre siècle, paru en 2017, a été finaliste aux Prix des libraires, catégorie Poésie, ainsi qu’au Prix du Gouverneur général. Elle publie, en 2021, La voleuse, chez Poètes de brousse. Elle est aussi autrice-compositrice-interprète et prépare la sortie de son premier album, en 2022.

Daria Colonna participera au Laboratoire de l’écrivain 2021.

Photo: Geneviève Grenier.

Denise Desautels

desautels_denise_credit_gilles_daigneault_low_res

Née à Montréal en 1945, dans le même quartier que Michel Tremblay, fille de l’Est donc, comme toutes les femmes des Chroniques du Plateau Mont-Royal, Denise Desautels s’est longtemps sentie plus à l’aise au parc Lafontaine – en un seul mot comme autrefois – que sur le mont Royal, situé à l’Ouest, sorte de pays étranger qu’elle a mis du temps à apprivoiser. Mémoire, douleur et deuil – intimes et universels – sont au cœur de son écriture, celle d’une auteure engagée dans le milieu littéraire québécois, mais aussi plus largement francophone, dont les livres sont marqués par sa conscience d’être une femme qui écrit et par sa passion pour les autres arts. Elle a publié plus de 40 recueils de poèmes, récits et livres d’artiste, qui lui ont valu de nombreuses distinctions parmi lesquelles le Prix de poésie du Gouverneur général du Canada, en 1993. En 2009 et 2010, elle a reçu, pour l’ensemble de son travail, le Prix Athanase-David et le Prix européen de Littérature Francophone Jean Arp. En 2017, elle faisait paraître D’où surgit parfois un bras d’horizon, aux Éditions du Noroît; puis, en 2018 et 2020, en France, deux petits livres, Noirs et L’heure violette, avec l’artiste Erika Povilonyté, à L’Atelier des Noyers. Son dernier ouvrage Disparaître, élaboré en complicité avec l’artiste Sylvie Cotton, est paru, en septembre, chez deux éditeurs, Le Noroît et L’herbe qui tremble (France). Denise Desautels est membre de l’Académie des lettres du Québec et de l’Ordre du Canada.

Denise Desautels participera au Laboratoire de l’écrivain 2021.

Photo: Gilles Daigneault.

 

Sébastien Dulude

dulude_sebastien_labo_2018_credit_fabrice_masson-goulet

Sébastien Dulude est poète, performeur, critique et éditeur. Il est l’auteur des recueils de poésie chambres (Rodrigol, 2013) et ouvert l’hiver (La Peuplade, 2015) et a publié de nombreux textes en revues et fanzines. Il a eu l’occasion de présenter son travail sur des scènes un peu partout au Québec, ainsi qu’en Belgique, France, Serbie, Suède et Russie. Il est éditeur et directeur littéraire des Éditions La Mèche et dirige le magazine culturel Spirale.

 

Sébastien Dulude participera au Laboratoire de l’écrivain 2018.

Photo : Fabrice Masson-Goulet.

Louise Dupré

dupre_louise_labo_2018_credit_melissa_giguere

Poète, romancière, dramaturge et essayiste, Louise Dupré a publié une vingtaine de titres, qui lui ont mérité de nombreux prix et distinctions. Parmi ses dernières publications, mentionnons le récit L’album multicolore (Héliotrope, 2014) et les recueils de poésie Plus haut que les flammes et La main hantée (Éditions du Noroît, 2010 et 2016), qui lui ont obtenu tous deux le Prix de poésie du Gouverneur général. Elle a aussi publié des livres d’artiste, des romans et des nouvelles. Son texte pour le théâtre Tout comme elle (Québec Amérique, 2006), mis en scène par Brigitte Haentjens, a été représenté en français à Montréal en 2006, puis en anglais à Toronto en 2011. Plusieurs de ses livres ont été traduits dans d’autres langues. Louise Dupré collabore régulièrement avec des artistes d’autres disciplines: plasticiens, musiciens, chorégraphes ou vidéastes. Elle a été professeure de création littéraire à l’Université du Québec à Montréal de 1988 à 2008. Elle est membre de l’Académie des lettres du Québec et de la Société royale du Canada. En 2014, elle a reçu l’Ordre du Canada.

 

Louise Dupré participera au Laboratoire de l’écrivain 2018.

 

Photo : Mélissa Giguère.

Hélène Ducharme

ducharme_helene_labo_2018

 

Hélène Ducharme est auteure, metteure en scène, comédienne et marionnettiste. Auteure en résidence pour le Théâtre Motus, elle a écrit, coécrit ou coadapté toutes les créations de la compagnie et mis en scène la majorité d’entre elles.

Elle propose des textes audacieux au jeune public et explore, à travers les productions, sa passion pour la marionnette, le jeu dramatique et le théâtre d’ombres. Son respect pour les enfants l’amène à travailler en étroite collaboration avec eux et ce, tout au long du processus de création. Sa formation en enseignement lui permet de concevoir divers types d’activités en lien avec les spectacles.

En parallèle avec les activités de la compagnie, elle s’est entre autres impliquée au sein de divers conseils d’administration et comités, dont, de 1998 à 2001, au conseil d’administration du Centre des auteurs dramatiques, où elle a participé à la création d’événements « Carte Blanche » pour les auteurs. De 2004 à 2007, elle siégeait au comité artistique de la Maison Théâtre, et a été présidente du conseil d’administration de l’Association québécoise des marionnettistes (AQM) de 2008 à 2013. Elle a aussi siégé au comité de sélection d’International Performing Arts for Youth (IPAY) de 2012 à 2016 et au conseil d’administration de cet organisme de 2014 à 2016.

Par ailleurs, elle a écrit différents textes dramatiques pour adolescents et pour adultes et a coscénarisé un film d’animation avec Co Hoderman, une production de l’ONF. Elle recevait en mars 2011 le Prix à la création artistique en Montérégie octroyé par le Conseil des arts et des lettres du Québec.

www.theatremotus.com

 

Hélène Ducharme participera au Laboratoire de l’écrivain 2018.

Photo : Robert Etcheverry.

Marie-Claude De Souza

Marie-Claude De Souza
Marie-Claude De Souza

Marie-Claude De Souza regarde des deux côtés de la poésie avant de la traverser. Elle parle aux inconnus puis monte dans leur voiture. C’est avec un parcours de plus de 5 555 km en auto-stop que s’amorce sa réflexion : elle lit un même poème à des dizaines de chauffeurs qui l’ont menée de Saint-Augustin-de-Woburn à Sept-Îles, de La Guadeloupe à Mont-Tremblant, de Gatineau à Trois-Pistoles… Depuis, elle cherche à déclencher des situations où l’art et la vie se confondent, à provoquer la collaboration et à cristalliser sa beauté sous une forme hybride, la poésie d’intervention. Elle a eu l’occasion de présenter son travail à Montmagny comme à Colima, sur les sentiers du mont Saint-Grégoire comme dans les rues du quartier Saint-Roch à Québec, sous forme d’expositions, de performances, d’installations. En 2011, Culture Montérégie lui décerne son prix Relève afin de souligner l’excellence de sa démarche menant la poésie « dans des champs encore inexplorés ». En 2015, elle figure parmi les représentant·es du Québec lors du Forum mondial de langue française (Liège, Belgique) et, en 2018, elle reçoit une mention dans le cadre du prix Artiste dans la communauté remis conjointement par Les Arts et la Ville et le CALQ pour son projet Topoésie. Par sa vision interdisciplinaire de la littérature, Marie-Claude s’intéresse aux prégnances sociales issues de l’oralité et de l’écrit, modestement, elle tente de créer des ponts entre ces modes de transmission. Ses réflexions quant à l’appartenance au territoire et à la mobilisation citoyenne l’ont aussi menée à la gestion culturelle et à la mise sur pied des Productions Langues pendues. C’est ainsi qu’elle s’implique activement à la poétisation de ses milieux de vie, au sens propre et figuré.

www.poesiepartous.com
www.topoesie.com

Marie-Claude De Souza est l’idéatrice des Productions Langues pendues et est l’une des membres fondatrices de l’organisme dont elle assure la direction artistique. Elle a participé au spectacle La grand-route et a tiré les ficelles afin de mener à terme l’ensemble des projets signés Langues pendues.

Fanie Demeule

fanie_demeule_low

Détentrice d’un diplôme de doctorat en études littéraires de l’UQAM, où elle est chargée de cours, Fanie Demeule travaille aussi à titre de responsable éditoriale pour les éditions Tête première et Hamac. En 2016, elle a publié Déterrer les os (Hamac), nominé et lauréat à plusieurs prix, adapté au théâtre (CTDA, 2018), traduit en anglais (Lightness, Linda Leith, 2020) et en cours d’adaptations filmiques (Coop Vidéo et ACPAV). Elle a signé les romans Roux clair naturel (Hamac, 2019, liste préliminaire du Prix des Libraires 2019) et Mukbang (Tête première, 2021), le récit illustré Bagels (Hamac, 2021) ainsi que plusieurs nouvelles dans des revues et collectifs littéraires.

Ses oeuvres interrogent les enjeux de santé mentale, les rapports au corps et à l’identité, ainsi que la porosité des limites entre réel et fiction. S’intéressant de près à l’étrange et à l’inavouable, ses récits déploient des motifs obsessionnels pour en explorer les manifestations tout à la fois exaltantes et tragiques. Propulsant l’intime en extime, c’est sans concession qu’elle plonge au cœur des inquiétudes qui l’habitent (et qui nous habitent) afin de les convertir en création.

www.faniedemeule.com

Fanie Demeule a participé au Laboratoire de l’écrivain 2019 et est Lauréate de la deuxième édition de la Résidence de création aux Îles de la Madeleine 2021.

Photo : Same Ravenelle.

David Clerson

David Clerson

David Clerson est né à Sherbrooke et vit à Montréal. Il est l’auteur de trois livres, tous parus chez Héliotrope. Frères, son premier roman, raconte une odyssée en mer entre rêve et réalité, une aventure apocalyptique au cours de laquelle deux frères partent à la recherche de leur père, sorte de chien fantasmé habitant l’océan. Dans En rampant, son second livre, ce sont plutôt des amis d’enfance qui développent un univers ésotérique, un monde imaginaire peuplé d’insectes, qui les rattrape durant leur vie d’adulte et finit par transformer la réalité. En 2019, il publie Dormir sans tête, un recueil de nouvelles dont les personnages tentent d’échapper à des milieux de vie qui les oppressent lors de métamorphoses animales, de plongées dans des mondes oniriques, d’entreprises de négation du réel. Livre après livre David Clerson développe ainsi un univers original, reflet étrange du monde d’aujourd’hui. Frères a été lauréat du Grand Prix littéraire Archambault et des Rendez-vous du premier roman, en plus d’être finaliste au Prix du Gouverneur général dans sa traduction anglaise par Katia Grubisic (QC Fiction).

David Clerson a participé au Laboratoire de l’écrivain 2019.

Photo : Sandra Lachance.