Nicolas Chalifour

nicolas_chalifour_labo_2018_credit_david_olivier

Nicolas Chalifour est né à Québec en novembre 1970. Il a été plongeur, garçon de table et serveur. Maintenant, il enseigne la littérature au Collège Édouard-Montpetit et écrit, tente tant bien que mal d’emmêler ses histoires en faisant des livres. Ses deux premiers romans, Vu d’ici tout est petit (Héliotrope, 2009) et Variétés Delphi (Héliotrope, 2012) sont portés par les voix dissonantes de personnages qui gravitent autour de lieux hôteliers, se perdent dans les livres des autres et sabotent, avec rigueur et méthode, les mondes en marge desquels ils se condamnent à demeurer tapis.

Chalifour s’efforce présentement de clore une trilogie trouée en achevant l’écriture de son troisième roman, Vol DC-408. Comme la vaste majorité des artistes qu’il estime, il travaille toujours à partir des œuvres qui contaminent, voilent et façonnent son expérience du monde, sa perception de la vie et sa relation aux passés qui s’entassent et se décomposent dans les coulisses de son imaginaire.

 

Nicolas Chalifour participera au Laboratoire de l’écrivain 2018.

Photo : David Olivier.

Brigite Normandin

normandin_brigitte_labo_2018_credit_louis-michel_major

En franchissant le seuil de l’atelier de Brigite Normandin, on pénètre dans un univers d’objets trouvés, de vieux livres et de collections hétéroclites. En explorant son œuvre, on réalise à quel point toutes ces trouvailles lui fournissent une foisonnante source d’inspiration.

Par le dessin, l’assemblage, la peinture (et souvent la couture), Brigite Normandin tient à exprimer ses idées et ses engagements face à notre époque et à notre société. Ses images souvent troublantes témoignent de cette préoccupation tout en distillant une grande essence poétique. Elle croit fermement qu’une lumière parvient toujours à se glisser dans l’état le plus sombre de l’humanité. En peignant l’obscurité, elle y introduit invariablement une lueur d’espoir qui éclaire et laisse entrevoir une franche beauté.

On discerne dans son œuvre deux influences distinctes, presque opposées : celle des enluminures détaillées du Moyen Âge, par la précision de son dessin, puis celle du surréalisme, à travers ses choix de compositions singulières.

Née à Saint-Bruno-de-Montarville, elle vit et travaille dans les Cantons-de-l’Est depuis 1990. Elle compte à son actif plusieurs expositions (solos, duos, groupes) ainsi que plusieurs prix d’honneur et d’excellence.

En 2014, elle et son conjoint font l’acquisition d’une ancienne église, à Sutton, où ils y fondent la Galerie Art Plus. Copropriétaire et directrice de la galerie, Brigite Normandin voit à la programmation et à la diffusion des diverses expositions qu’elle y accueille. L’église abrite également son atelier et devient ainsi un véritable laboratoire pour cette artiste qui se considère comme une chercheuse indéfectible, vouée à l’inépuisable richesse de l’imaginaire et de l’expérimentation.

www.brigitenormandin.blogspot.com

 

Brigite Normandin participera au Laboratoire de l’écrivain 2018.

Photo : Louis-Michel Major.